Ses actions au quotidien à l’endroit des couches défavorisées et l’amélioration des conditions de vie de ses concitoyens sont le maître mot de la maxisme qui guide sa vie. Un atout qui devrait être capitalisé par le parti politique dans lequel il milite, le Rdpc. Pourtant, son nom ne figure pas dans la liste des candidats qui defendent les couleurs du Rdpc aux sénatoriales pour le compte du Littoral. Pendant ce temps, les populations le veulent comme représentant pour défendre leurs intérêts au Parlement.

Célestin Ketchanga alias «Maniac» est visiblement un homme très occupé. Mais malgré cela, il a du tout pour ses nombreux concitoyens qui cognent à sa porte. Nous avons eu le temps de le constater lors de notre descente dans ses bureaux à Akwa, dans la métropole économique du pays. Sa salle d’attente ne désemplit pas, à se demander où il puise pareille énergie pour gérer ce flux de personnes qu’il reçoit au quotidien. «C’est une question d’organisation», nous a-t-il dit le sourire en coin.

Comme nous, beaucoup de ses visiteurs sont venus comprendre ce qui s’est passé à la suite de la publication des listes des candidats du Rdpc qui représentent la région du Littoral à l’élection sénatoriale du 25 mars prochain. Surtout que son nom avait fait le tour du monde à travers les réseaux sociaux comme faisant partir des heureux élus. Que s’est-il passé ? La liste qui avait été publiée était-elle fausse ? Son nom a-t-il été retiré ? Si oui à quel moment et pourquoi ? Les spéculations vont bon train. Mais le principal concerné n’en est pas pour autant offusqué. «Il y a d’autres occasions. Je suis fidèle à la ligne de mon parti. Et j’apporterai tout mon soutien à ceux qui ont été choisis pour que nous remportons haut la main ces élections…», nous a-t-il avoué à la surprise générale. Pourtant, en faisant le choix de le mettre sur la liste, le coordonnateur régional des activités du Rdpc dans le Littoral, le ministre Laurent Esso, au regard de certains observateurs, avait vu juste. Parce que ses actions au quotidien à l’endroit des couches défavorisées et l’amélioration des conditions de vie de ses concitoyens auraient été un atout qui aurait pu être capitalisé par le Rdpc lors de ces sénatoriales. Malheureusement, son nom n’y figure pas. Pendant ce temps, les populations le veulent comme représentant pour défendre leurs intérêts au Parlement. Et à raison d’ailleurs !

Homme du peuple

Né il y a plus d’un demi-siècle, cet homme d’affaires à la renommée avérée a su tracer grâce à la force de ses bras son sillon dans ce monde plein de vicissitudes. Grandit dans un quartier populeux, il n’a pas oublié ses origines. Raison pour laquelle, aider les plus nécessiteux fait partie de son quotidien. Certaines personnes estiment que s’il n’avait pas existé, il aurait fallu qu’on le crée. Célestin Ketchanga est l’illustration selon laquelle on peut partir de rien pour figurer parmi les gens qui comptent au sein du corps social.

Il est venu au monde à Newbell, un quartier populeux de la ville de Douala. Il a fait ses études dans des écoles les plus modestes à cause du pouvoir financier très limité de ses géniteurs : Ecole principale de Newbell Bamiléké, Cebec de Nkololoun, secrétariat moderne de Bali, pour ne citer que cela. Mais cette modestie n’a pas sclérosé sa détermination à «sortir la tête de l’eau». Malgré les difficultés, il a réussi à se frayer un chemin dans le monde des affaires, précisément dans les dédales des cigarettes. Aujourd’hui au Cameroun, son nom est chanté et sert d’inspiration aux meilleurs musiciens de cette génération. Humaniste et préoccupé par la misère ambiante au sein du corps social, il a décidé d’entrer en politique pour apporter sa pierre à l’édification de la nation. Mais, l’idée n’est pas appréciée de tous. Il essuiera des fortunes diverses. Ce qui ne le décourage pas outre mesure. C’est ainsi que pendant les vacances, il offre des stages et sponsorise des championnats de football. Les handicapés et autres déshérités ne sont pas en reste. Ce sont ces actions constantes en faveur de cette couche sociale qui pousse l’Association nationale Cameroun Avenir (Anacav), du feu Marius Onana, à le copter pour en être le président d’honneur. Jeune orphelin de père, cet homme de cœur, autodidacte doit tout au travail, à la passion pour le secteur d’activités qu’il a choisi et à son pays.

Célestin Ketchanga a beaucoup plus marqué les populations que ces quelques brebis galeuses de la Fonction publique, qui ont bradé le pouvoir coercitif mis à leur disposition par l’Etat pour quelques pécules. Ces détracteurs de notre économie et de notre pays, sous de fallacieux prétextes, se mettent au service des multinationales au détriment des PME locales et des nationaux. Faut-il le rappeler, sur le plan du développement communautaire, Ketchanga a offert son premier forage au quartier Oyack en 1980, plus de 25 ans avant son élection à l’Assemblée nationale. A ce jour, il  compte à son actif une quarantaine de forages d’eau potable, de nombreuses électrifications des quartiers, des constructions des ponts et des voies d’accès à Douala, des campagnes de dératisation et de désinsectisation, notamment à Wouri-Est.

La Fondation Ketchanga à New Bell, forme chaque année, plus de 100 jeunes aux métiers de la bureautique. Des bourses scolaires, des dons aux déshérités, des appuis aux églises, aux formations scolaires et sanitaires, complètent cette panoplie. L’honorable Ketchanga qui est père de famille nombreuse, a de nombreux partenaires d’affaires en Europe, en Amérique, en Asie, et en Afrique, plus particulièrement au Nigeria avec des succursales. Plus que des discours vides, les faits attestent des nombreuses qualités de cet humaniste, au tempérament pondéré, à la courtoisie remarquable. Rien à voir avec des diseurs de bonne aventure qui utilisent leurs compatriotes comme du bétail électoral pour atteindre leurs buts. Bon vent Monsieur!

 

Thierry NYOPE

Commentaires Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here